Tribune de Younous Omarjee et de Mélenchon sur les Mers

Younous Omarjee juin 23, 2015 0
Tribune de Younous Omarjee et de Mélenchon sur les Mers

Article paru dans le Figaro VOX le 23/06/2015

Jean-Luc Mélenchon et Younous Omarjee rappellent le rôle majeur que peut jouer la France dans l’économie maritime. Ils invitent à élaborer une véritable stratégie pour développer toutes les potentialités que recèlent ses mers et océans

Réunionnais, Younous Omarjee est député européen

Ancien ministre délégué à l’Enseignement professionnel et député européen, Jean-Luc Mélenchon a été coprésident du Parti de Gauche jusqu’en août 2014

Un monde touche a sa fin. Mais qui prépare le suivant? Les grands gouvernements du monde sont incapables de faire face. L’épuisement dangereux du modèle économique productiviste dominant et les violences de la géopolitique actuelle les submergent. Ils mettent nos démocraties en panne à la remorque d’objectifs absurdes. Nous pouvons penser le futur tout autrement. Les solutions du passé ne suffisent plus. Nous devons tout réinterroger et réinvestir des champs nouveaux.

 

La France est maritime. Et nous avons cessé depuis trop longtemps de nous comprendre comme un acteur maritime majeur. Rougissons de voir la médiocrité de nos politiques, de nos ambitions et de la faiblesse consternante de nos investissements dans ce domaine.

Chaque pays est singulier. La France pas moins que les autres. Elle peut beaucoup apporter à l’humanité tout entière. Pour cela, faut-il cependant pour le comprendre avec justesse, prendre conscience de ce que son pays est, et ne pas oublier ce qui fait sa force. La France est maritime. Et nous avons cessé depuis trop longtemps de nous comprendre comme un acteur maritime majeur. Rougissons de voir la médiocrité de nos politiques, de nos ambitions et de la faiblesse consternante de nos investissements dans ce domaine. Ils sont dérisoires à côté de celui que notre pays consent sur l’autre frontière du futur qu’est l’aérospatial.

Pourtant la mer est le meilleur point d’appui dont nous disposons pour sortir des crises en cours. Avec 11 millions de km2 de surface maritime, la France est le deuxième géant maritime mondial, presque à égalité avec les États-Unis. En additionnant ses territoires maritime et terrestre, la France est le 6e plus grand pays de la planète, devant la Chine et l’Inde, alors que sa superficie terrestre seule la ramène au 41ème rang mondial. Sa superficie maritime est aussi supérieure à la superficie terrestre de l’Europe entière. Nous avons de l’or bleu entre les mains. Le rêve français du futur est salé.

Et pourtant! Que connaissons-nous de ce vaste espace? 3%? 5%? Autant dire/ rien. Nous n’en maitrisons ni la géographie précise, ni la topographie, ni le vivant, ni les capacités. Qu’en tirons-nous? Pas plus que ce que nous en savons. Le rôle passé et présent de la mer fait que la cartographie, la navigation et l’ingénierie navale sont aujourd’hui les sciences les plus abouties que nous maitrisons. Hélas nous ne connaissons que les fonds côtiers et la surface des mers. Le reste demeure inconnu. Si aujourd’hui certains poussent l’exploration, ce n’est qu’en vue d’y trouver des énergies fossiles, loin de la nécessaire transition énergétique.

En additionnant ses territoires maritime et terrestre, la France est le 6e plus grand pays de la planète, devant la Chine et l’Inde, alors que sa superficie terrestre seule la ramène au 41ème rang mondial. Sa superficie maritime est aussi supérieure à la superficie terrestre de l’Europe entière. Nous avons de l’or bleu entre les mains.

Les mers et les océans sont les enjeux du 21ème siècle pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire humaine. La géopolitique commande la politique. La mer n’échappe pas à la règle. Hier pour le contrôle du canal de Suez, demain pour l’accès aux nouvelles routes maritimes du Nord, l’accueil des maxi-cargos qu’elles laisseront passer, le contrôle des zones de pêches… L’indépendance de la France ne peut se penser hors de ce cadre.

Mais les mers et les océans ont aussi la capacité de servir un bien plus vaste idéal que les seules visées géopolitiques héritées des empires, et qui ont souvent fait fi de toute considération humaine et écologique. La préservation de la biosphère, et donc la survie de l’humanité, passe par les océans. On ne réduira pas massivement les émissions de gaz à effet de serre sans l’apport des énergies marines renouvelables. Les dix milliards d’êtres humains de 2050 n’accèderont pas à l’alimentation sans les ressources de la mer et, au-delà, de l’aquaculture au sens large. Il en va de même pour l’accès à l’eau potable, pour la recherche médicale etc.

Les financiers l’ont bien compris. Ils ont déjà commencé à exploiter les océans. Allons-nous leur abandonner ce bien public mondial et nos eaux territoriales? Ou bien allons-nous agir et utiliser cette action en mer pour repenser notre action dans un but écologique et social, y compris à terre? Voila le défi! Les financiers l’ont bien compris. Ils ont déjà commencé à exploiter les océans. Allons-nous leur abandonner ce bien public mondial et nos eaux territoriales? La France peut impulser ce changement. À partir de ses côtes métropolitaines, évidemment. Mais surtout, en redécouvrant sa place dans les océans et celle de ses îles, en prenant conscience de l’immensité que les îles confèrent à la France, et en nous replaçant, avec la force de tous nos Outre-mer, au centre d’une nouvelle révolution de la civilisation humaine. C’est une chance pour donner à notre pays un cap, à notre jeunesse un horizon d’engagement et d’enthousiasme créateur. C’est le moyen de peser sur l’avenir de la planète, et de faire vivre nos principes universels. Le déplacement de Manuel Valls à la Réunion et à Mayotte est une nouvelle occasion manquée d’affirmer cette ambition pour la mer. L’égalité réelle pour les outres-mers ne sera qu’une promesse verbale de plus tant que les potentialités de la mer resteront oubliées: développement endogène, autonomie énergétique, progrès humain pour les populations.

Nous appelons à la construction d’une stratégie horizontale couvrant tous les aspects économiques, sociaux et environnementaux qui peuvent naître des mers et océans. Nous appelons à faire de cette grande ambition maritime une ambition de la France pour l’Europe, en s’inspirant de la vision et de l’intelligence qu’eut à son époque François Mitterrand en créant le programme Eureka. La France se mutile en refusant sa vocation en mer. L’heure des îles, des côtes et des océans a pourtant sonné. Cessons de déprimer! Prenons confiance en nous-mêmes, tournons le dos aux psalmodiant du déclinisme! Le goût du futur est salé comme l’eau de mer.

Jean-Luc Mélenchon

Younous Omarjee

FR mers

Commentez »