1 an à la tête de la Commission du Développement Régional

Il y a 1 an jour pour jour, les membres de la commission REGI m'ont fait l'immense honneur de m'élire à l'unanimité devenant le premier député ultramarin à occuper cette fonction. Retour sur une année de combats à la tête de la commission REGI.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

English version below

La Commission du Développement Régional (REGI) du Parlement européen a pour mission de définir la politique de cohésion de l’Union Européenne. En clair, nous avons la responsabilité de la plus grosse enveloppe communautaire – 351.8 milliards soit un tiers du budget total de l’UE – et nous décidons de sa répartition en fonction des besoins des 270 régions qui la composent.

En tant qu’élu ultramarin membre de la GUE/NGL, j’ai particulièrement à coeur de soutenir la transition écologique et le développement économique et social des régions dites ultra-périphériques qui comprennent les Outre-mer françaises : la Réunion, la Guyane, Mayotte, la Guadeloupe… Chaque année ce sont des milliards de dotations qui sont orientées vers leur développement, pour l’emploi, la formation, la construction d’infrastructures et le soutien aux PME. C’est donc un mécanisme de solidarité auxquels contribue l’ensemble des états-membres de l’Union Européenne.

Cette année, marquée par la crise du COVID-19, nous avons voté en faveur d’un soutien inconditionnel aux régions les plus touchées par la pandémie et ses conséquences sans rien lâcher du développement des régions les moins développées qui restent la priorité de notre politique de cohésion.

Crise du Coronavirus 

Notre Commission du Développement Régional a été en première ligne dans la réponse européenne à la crise du COVID-19. D’abord, 37 milliards d’euros ont été mobilisés pour répondre aux défis sanitaires, économiques et sociaux et couvrir les besoins les plus urgents : dépenses de santé, aides aux petites entreprises, mesures de chômage partiel… 

Ensuite, notre Commission s’est attelée à exiger plus de souplesse dans l’utilisation des fonds européens par les régions, en facilitant les procédures, en réduisant la charge administrative pour les bénéficiaires et an augmentant la contribution de l’UE dans les projets financés par les Etats membres. 

Initiative pour l’emploi des jeunes 

L’IEJ soutient les jeunes qui ne travaillent pas et ne suivent ni études, ni formation, y compris ceux en situation de chômage de longue durée et ceux qui ne sont pas inscrits en tant que demandeurs d’emploi, dans les régions les plus gravement frappés par le chômage. Je pense ici à nos outremers françaises, les plus pauvres de l’Union européenne.

Grâce à ce projet, les États membres mettent en place des mesures garantissant que les jeunes jusqu’à l’âge de 25 ans se voient proposer un emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie du système scolaire ou la perte de leur emploi. Nous avons obtenu, pour l’année 2020, un budget en hausse de 28 millions d’euros, pour un total de 145 millions d’euros.  

Fonds pour une transition juste 

Pour atteindre ses objectifs environnementaux (neutralité carbone à l’horizon 2050, respect de l’accord de Paris), la Commission européenne souhaite accompagner les régions dépendantes aux énergies fossiles et au charbon dans leur transition énergétique. Sur les 40 milliards d’euros de ce Fonds, notre Commission a obtenu une enveloppe spécifique de 1 milliard d’euros pour les régions ultrapériphériques et les îles. Une contribution importante pour relever le défi de l’autonomie énergétique de ces régions particulièrement dépendantes aux hydrocarbures.

Budget européen pour 2021-2027

En ma qualité de Président de la Commission du Développement Régional, j’ai présidé les trilogues sur le Fonds de cohésion et le Fonds européen de développement régional (Feder) qui font l’objet de nouveaux règlements. En clair, le Parlement européen m’a donné mandat pour le représenter, en tant qu’institution, et négocier avec le Conseil et la Commission européenne pour obtenir un accord sur le montant de ces fonds, et leurs modalités d’utilisation par les Etats membres.

Ces deux fonds sont adossés au budget européen pour la période 2021-2027. Or, la proposition de budget formulée par le Conseil, bien inférieure à celle du Parlement européen, n’a pas satisfait notre Commission du Développement Régional. C’est pourquoi, en concertation avec les groupes politiques, j’ai décidé de geler les trilogues, estimant que le budget sacrifiait les ambitions de notre Commission REGI. Sans un grand budget, il ne peut y avoir de solidarité européenne. 


English version

The European Parliament Committee on Regional Development (REGI) has the task of defining the European Union’s cohesion policy. We are responsible for the largest Community budget – 351.8 billion or one third of the total EU budget – and we decide on its distribution according to the needs of its 270 regions. As an elected ultramarine member of the GUE/NGL group, I am particularly keen to support the ecological transition and the economic and social development of the outermost regions (ORs) which include the French overseas territories : Réunion, Guyana, Mayotte, Guadeloupe… Each year, billions of allocations are directed towards their development, for helping employment, education, professional training, infrastructure construction and support for Smes. 

It’s a solidarity mechanism to which all the Member States of the European Union contribute. This year, characterized by the COVID-19, we voted an unconditional support for the regions most affected by the pandemic and its consequences, without giving up the development of the least economic developed regions, which remain the priority of our cohesion policy.

COVID-19 crisis

Our Regional Development Committee has been at the forefront of the European response to the Covid-19 crisis. First, 37 billion euros have been mobilized to face the health, economic and social challenges and the most urgent needs : health spending, aid to small businesses, short-term unemployment measures, etc.

Then, our Commission got on with asking for greater flexibility in the use of European funds by facilitating procedures, reducing the administrative burden for beneficiaries and increasing the EU contribution to projects funded by Member States.

Just Transition Fund

In order to achieve its environmental goals (carbon neutrality by 2050, compliance with the Paris agreement), the European Commission wants to support in their energy transition, regions which are dependent on fossil fuels and coal. Of the €40 billion in the Fund, our Commission has obtained a specific allocation of €1 billion for the outermost regions and islands. This is an important contribution to face the challenge of energy self-sufficiency in these regions, which are particularly dependent on hydrocarbons.

Youth Employment Initiative

The YEI supports young people who do not work and receive neither education or professional training, including those who are long term unemployed and those who are not registered as job seekers, in the European regions most seriously affected by unemployment. I am thinking here of our French overseas territories which are the poorest regions in the European Union too. Through this project, Member States are putting measures designed to ensure that we offered to young people up to the age of 25 : quality employment, continuing education, an apprenticeship or internship within four months of leaving the school system or losing their job. 

For the year 2020, considering COVID-19 crisis having a very bad impact on youth employment, we obtained an increase of 28 million euros, for a total of 145 million euros.

2021-2027 EU REGI budget

As President of the Committee for Regional Development, the European Parliament asked me to negotiate with the European Council and the European Commission to obtain an agreement on the amount of the Cohesion Fund, the European Regional Development Fund (ERDF) and their use by the Member States. 

However, the budget proposal put forward by the Council, which was weaker than that for European Parliament, has not satisfied us. That’s why, I decided with all political groups to freeze the trilogues, believing that the budget was sacrificing the ambitions of our REGI Commission. Without a large budget, there is no European solidarity possible.