Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

“Si la démocratie recule en Europe, elle reculera partout ailleurs”

Alors que le Parlement européen s'apprête à voter une résolution pour exercer un recours en manquement contre la Commission européenne, Younous Omarjee est intervenu en hémicycle, dénonçant les violations à l'Etat de droit en Pologne et en Hongrie. Le Député européen appelle la Commission a prononcer des sanctions immédiates.

Discours prononcé à Strasbourg, le 9 juin 2021.

Monsieur le Président,
 
L’Europe s’est construite pour la paix, dans l’adhésion partagée par tous d’un contrat fondé sur le respect des valeurs de liberté, d’égalité, et de démocratie.
 
Ne vous méprenez pas, notre combat pour le respect de l’État de droit est un combat historique pour la survie de l’essence même de l’Europe.

“Nous ne pouvons pas continuer à laisser les gouvernements liberticides et réactionnaires agir en toute impunité.”


 
C’est un combat pour l’Europe, mais c’est aussi un combat pour le monde. Car si la démocratie recule en Europe, elle reculera partout ailleurs.
 
Nous ne pouvons pas continuer à laisser les gouvernements liberticides et réactionnaires agir en toute impunité, et prendre le risque que s’étende demain sur toute l’Europe une ombre encore bien plus opaque que celle d’aujourd’hui.

“Lorsqu’il s’agit des droits fondamentaux la Commission, par manque de courage peut-être, se dérobe.”


 
Voyez-vous, lorsqu’il s’est agi de déclencher contre les pays du sud des plans de coupes budgétaires, jamais la Commission européenne n’a reculé.
 
Mais lorsqu’il s’agit des droits fondamentaux la Commission, par manque de courage peut-être, se dérobe et laisse sans protection les citoyens européens. C’est insupportable ! Et ce alors même que le Parlement européen a décidé du mécanisme État de droit qui doit s’appliquer, maintenant, contre les États qui non content d’offenser les valeurs plongent dans la corruption sur les fonds européens et rient de nous.
 
Alors je vous le dis calmement mais fermement, en État de droit, quand le Parlement décide la Commission doit s’exécuter.

ACTUS NEWS