Famine : la barbarie d’un modèle économique inégalitaire et meurtrier

Alors que se réunit l'Assemblée générale des Nations unies, 238 ONG pressent les dirigeants mondiaux "d'agir pour stopper la crise mondiale de la faim". Je relaie ici leur appel.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

NEW YORK, 20 SEPTEMBRE 2022— Alors qu’on estime qu’une personne meurt de faim toutes les quatre secondes, 238 organisations non gouvernementales locales et internationales appellent les dirigeants réunis à la 77e Assemblée générale des Nations Unies à prendre des mesures décisives pour mettre fin à la spirale de la faim dans le monde.

Une personne meurt de faim toutes les 4 secondes… C’est deux fois plus qu’en 2019

Des organisations de 75 pays ont signé une lettre ouverte exprimant leur indignation face à la montée en flèche des niveaux de faim et des recommandations d’action. Un nombre impressionnant de 345 millions de personnes souffrent désormais de faim aiguë, un nombre qui a plus que doublé depuis 2019.

Malgré les promesses des dirigeants mondiaux de ne plus jamais permettre la famine au 21e siècle, la famine est une fois de plus imminente en Somalie. Dans le monde, 50 millions de personnes sont au bord de la famine dans 45 pays.

Mohanna Ahmed Ali Eljabaly de la Yemen Family Care Association, l’une des signataires de la lettre, a déclaré :

“Il est incroyable qu’avec toute la technologie de l’agriculture et des techniques de récolte aujourd’hui, nous parlions encore de famine au 21e siècle. Il ne s’agit pas d’un pays ou d’un continent et la faim n’a jamais qu’une seule cause. Il s’agit de l’injustice de la l’ensemble de l’humanité. Il est extrêmement difficile de voir des gens souffrir alors que d’autres partageant la même planète ont de la nourriture en abondance. Nous ne devons pas attendre un instant de plus pour nous concentrer à la fois sur la fourniture immédiate d’aliments vitaux et sur le soutien à plus long terme afin que les gens puissent prendre en charge leur vie, parvenir et subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. »

153 millions de tonnes de nourriture jetées par an, en Europe

Sumaya, une mère de 32 ans qui vit avec ses quatre enfants dans un camp de personnes déplacées dans la région somalienne de l’Éthiopie, fait partie des millions de personnes confrontées à des niveaux catastrophiques de faim.

“Pas d’eau, pas de nourriture, une vie sans espoir”, a-t-elle dit. “Surtout, mes enfants meurent de faim. Ils sont sur le point de mourir. S’ils n’ont pas de nourriture, j’ai peur qu’ils meurent.”

Lire aussi : Famine : “Combattons l’ordre inégalitaire du monde”

La crise mondiale de la faim a été alimentée par un mélange mortel de pauvreté, d’injustice sociale, d’inégalité entre les sexes, de conflits, de changement climatique et de chocs économiques, les effets persistants de la pandémie de COVID-19 et de la crise en Ukraine faisant encore grimper les prix des denrées alimentaires et coût de la vie.

Ceux qui ont le pouvoir et l’argent pour changer cela doivent s’unir pour mieux répondre aux crises actuelles et prévenir et se préparer aux crises futures.